Fonctionnement d’une centrale nucléaire : détails et explications

Avec la course à l’amélioration des conditions de vie sans influence majeure sur la société et la nature, de nouveaux procédés sont conçus et de nouvelles œuvres voient le jour. C’est ainsi que dans la hiérarchisation des besoins les plus vitaux, le besoin en énergie électrique peut se combler aujourd’hui grâce à l’avènement des centrales nucléaires. Il s’agit d’outil de grande capacité créé sur fond d’ingéniosité. C’est une réalisation complexe de dispositif basé sur la physique, la chimie et d’autres sciences annexes ou complémentaires. Une centrale nucléaire n’est pas l’équivalent de la structure que l’on voit tous les jours dans les centrales à charbon. Ici, il est question de circuit.

Les conditions d’existence d’une centrale nucléaire

Une centrale nucléaire est basée sur la fusion nucléaire. C’est dire que l’on emploie l’uranium pour produire de l’énergie électrique. Ce sont des ingénieurs l’utilisent pour reproduire des machines et des systèmes dépendants capables de se compléter pour l’aboutissement à de l’énergie électrique. Pour qu’un dispositif de cette nature puisse fonctionner ou s’installer, il faut de la matière.

Le dispositif

Vous avez déjà entendu parler des centrales à charbon ou des centrales thermiques. Il se trouve que ce sont pratiquement les mêmes installations que vous verrez. L’important ici est que c’est l’ingénierie atomique qui est plus serviable. Ce sont les atomes qui entrent en fusion, impliquant avec le tour dans les trois circuits une évaporation à la chute de vapeur d’eau. Tout le dispositif est installé pour fonctionner dans une dynamique d’entretien de chaque couche par l’autre. On fait la remarque d’une réaction d’auto-entretien.

L’uranium

En remplacement du pétrole et du charbon, ici, c’est l’uranium qui est employé. On s’en sert pour fournir de la matière à la centrale. Dans cet ordre d’idées, les noyaux d’uranium se substituent au combustible fossile. Le schéma est simple. Le neutron cogne le noyau qui, en se brisant, produit d’autres neutrons. Ces derniers vont à nouveau ricocher contre des noyaux d’uranium. La chaine se poursuit ainsi jusqu’à ce que la vapeur d’eau se remarque. Dans toute cette suite de choc, c’est l’uranium qui est l’élément essentiel.

Une source d’eau

La source d’eau permet de régler le problème du refroidisseur. Parmi les trois circuits disponibles, il y a à la chaine le troisième qui s’appelle le circuit de refroidissement. À ce niveau, c’est d’une source d’eau, soit une rivière ou un océan, que l’eau de refroidissement est tirée. Le procédé suppose que les deux circuits ont déjà été traversés avant la mise en branle du processus de refroidissement.

Le fonctionnement d’une centrale nucléaire est le résultat du travail à la chaine réalisé par les trois circuits que sont le circuit primaire, le circuit secondaire et le circuit tertiaire ou le circuit de refroidissement.

Le circuit primaire d’une centrale nucléaire

Le premier circuit, le circuit primaire est un circuit fermé. Rien ne peut alors en filtrer ! C’est en quelque sorte le début de toutes les transformations reconnues par la suite au résultat efficace. En réalité, le réacteur, lorsqu’il opère la fusion, atteint une température très haute. C’est à ce moment que l’utilité de ce circuit se remarque. Ce dernier est réalisé dans l’optique de maintenir cette lourde température en dessous de la barre extrême pour ne pas que le cœur entre en fusion tout entier.

L’eau chaude tournant autour du réacteur et résultant de la fusion ne doit sous aucun prétexte bouillir. Au cas où cela se produirait, toute la centrale risque de partir en fumée avec le danger des radiations que l’on connait. Lorsque le circuit primaire concerne comme il faut sa zone, il finit par transférer en quantité suffisante l’eau chaude vers le circuit numéro 2 par le biais d’un générateur de vapeur.

Le circuit secondaire d’une centrale nucléaire

Dans ce circuit, c’est l’eau chaude envoyée par le circuit primaire qui est utilisée. Le cycle est bien plus complexe. À ce niveau, tout passe par le réchauffement de l’eau du circuit 2. Cette eau une fois chaude sert de tremplin pour la mise en mouvement du reste de la centrale. Dans la chaine, il reste la turbine et son alternateur. Pour commencer, l’eau portée à une forte température, toujours en dessous de l’ébullition, est censée produire une vapeur. Cette dernière finit par agir sur la turbine. En réalité, la pression constante de la vapeur fait tourner la turbine. En réalisant ses multiples tours, la turbine produit une autre réaction au niveau de l’alternateur. Ce dernier, un maillon de la chaine, produit de l’énergie électrique alternative.

Cette énergie n’est pour le moment pas assez qualitative pour être distribuée dans les câbles de haute tension. C’est à ce moment que le transformateur entre en jeu. Son rôle est de porter la tension de l’énergie électrique produite par l’alternateur à la bonne hauteur. Ainsi, les canaux de diffusion ou de distribution peuvent s’en servir pour alimenter les autres installations.

Le circuit de refroidissement

L’eau chaude sortant de la turbine est à canaliser, à gérer efficacement. Cela suppose que cette eau ne peut rester à cette température longtemps. Pour tout ramener à la normale, ce circuit achève le cycle. Cela commence par le recueillement de l’eau de mer ou de fleuve. Cette eau toujours à température naturelle est constamment conservée dans le condenseur. C’est une technique employée pour refroidir l’eau issue de la turbine, une eau chaude à la limite de l’ébullition.

Le circuit de refroidissement devrait normalement faire le nécessaire pour que l’eau revienne à la température normale. Dans ce circuit, les différents appareils placés dans le secteur sont des aéroréfrigérants. Ils permettent d’annuler toutes les transformations subies à l’intérieur des deux précédents circuits.

Les avantages d’une centrale nucléaire

Les bénéfices à tirer d’une telle centrale se résument en la disponibilité de l’énergie en tout temps et à tout moment. Cela n’est lié qu’à la possibilité d’entrer en possession de la matière première recherchée.

Énergie en grande quantité

Avec ce type de centrale, vous êtes en mesure d’alimenter une grande zone habitée. Les populations ne se plaignent pas de manque d’électricité.

Vous pouvez vous attendre à ce que l’énergie électrique soit disponible en quantité. Il ne vous reste qu’à prendre en compte les réglages les plus élémentaires.

Matière première à profusion

L’uranium est une matière première existant en quantité suffisante sur la planète. Il est vrai que les sources les plus fournies sont en Afrique, mais on peut s’en procurer dès qu’on reçoit l’agrément des grandes sociétés de régulation. Il s’agit d’être à la pointe de la technologie au coût le plus proche d’un rapport qualité-prix.

Statut écologique

La propagation de la politique de protection de la nature est en cours. Dans cette optique, il est remarqué sur toute la planète la fermeture des centrales à charbon ou des centrales thermiques. Cela est fait au profit des centrales nucléaires dont tous les États du monde veulent se doter.

Les inconvénients d’une centrale nucléaire

Dans une centrale nucléaire, les ingénieurs sont tout le temps sur le qui-vive. Ils espèrent pouvoir contrer le moindre problème au cas où les soucis surviendraient au mauvais moment. En dehors de cela, il y a des inconvénients liés directement à la conception d’une centrale nucléaire.

  • La santé : l’uranium endommage à petits coups la santé de ceux qui travaillent dans une centrale. Pour justification, ils sont toujours en contact avec les éléments radioactifs. Même les personnes qui sont dans le transport ou la gestion des déchets sont enclines à tomber malades. En quelques semaines, la radioactivité éléments nucléaires est souvent un facteur décrié par les organisations et institutions de protection de la personne humaine et de l’environnement.
  • Le coût : construire une centrale nucléaire est un projet à coût très élevé. C’est un budget assez consistant de plus de trois milliards d’euros. Cela explique la raison pour laquelle certains pays en voie de développement n’ont pas pu s’offrir une centrale nucléaire. Pour la construction d’une centrale nucléaire, les dépenses sont exorbitantes. En plus, les travaux durent près de 10 ans. Finalement, lorsque les travaux sont finis, vous êtes dans l’obligation de dissoudre le centre après 40 ans d’utilisation.
  • Les risques : constamment, les employés d’une centrale nucléaire sont en train de trouver des mesures de sécurité. C’est seulement à ce prix qu’ils peuvent annuler l’explosion de la centrale. La faune entourant les centrales de ce type ne survit jamais à son passage. Les animaux aquatiques meurent quelques années, voire des mois après l’avènement d’une centrale nucléaire dans une région. En fait, c’est une conséquence de l’usage de l’eau dans le circuit de refroidissement.
Matthieu

A propos de l'auteur: Matthieu

Très branché High-tech et Informatique, rien ne m'échappe en matière de nouvelles technologies !

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *